Quelques retirages en noir et blanc, street photo et street art : « too late for a cab », pour une promenade nocturne dans une ruelle de Beaucaire, déjà utilisée ici et ,  « jalousie », photo prise à Avignon en 2017, et « reflets… » : nouvelle visite du site Alstom à Nancy, entièrement rasé en 2019…

 

reflets...
reflets…

 

Encore une soirée en Alsace, à Colmar cette fois pour des images à l’heure bleue, à voir dans cityscape et l’atelier. Trois autres photos à voir également dans l’atelier, New York revisité, et une rue nocturne de Kientzheim, où j’ai posé mon trépied au retour de Colmar…

 

 

Une soirée à Strasbourg, quartier de la petite France,  après le nouvel an, pour deux images… bleues : l’heure bleue pour une vue nocturne de la maison des tanneurs, et un photomontage, mettant en scène des pigeons amoureux photographiés dans la journée. Toutes les deux ont été évidemment prises en pose longue pour vider les lieux des touristes !

 

Et un autre photomontage, toujours pour un concours à thème sur Flickr :

even butterflies can dream
even butterflies can dream

A voir dans cityscape et l’atelier

 

L’année 2019 s’achève dans les Vosges sans le manteau blanc habituel… à moins que cette absence de neige ne devienne, justement, l’habitude. En attendant un hypothétique refroidissement qui blanchirait les sommets, voici une photo de 2017, revisitée pour l’occasion :

hivernale Vosges
hivernale Vosges

(à voir dans landscape)

Et puisque les photos d’hiver ne sont pas vraiment de circonstance, voici quelques travaux qui ont permis malgré tout d’occuper les soirées :

(ces 4 images sont à voir dans l’atelier)

 

Dans l’atelier,

Fantasy in blue – II, deuxième photomontage réalisé pour le même concours à thème sur Flickr (thème de l’hiver, manipulation dans Photoshop et bleu obligatoire) :

Fantasy in blue II
Fantasy in blue II

 

Dans l’atelier,

Fantasy in blue, photomontage réalisé pour un concours à thème sur Flickr (thème de l’hiver, manipulation dans Photoshop et bleu obligatoire) :

Fantasy in blue
Fantasy in blue

et deux autres fantaisies, en orange celles-là : la forêt dans le massif de l’Ormont, pour les « dernières nouvelles de l’automne » (le renard est un ajout, pris sur stickpng.com), dans landscape, et les amants de Stockholm à voir également dans l’atelier (réutilisation en ombre chinoise d’une photo N&B originale, à retrouver dans street photo).

 

 

Deux nouvelles images : la première est un photomontage réalisé pour un challenge sur Flickr, l’arrière-plan étant imposé. J’y ai ajouté pour le haut l’entrée d’une grotte en ombre chinoise, ainsi que quelques papillons pris sur stickpng.com, et surtout la photo réinterprétée  d’une oeuvre de Martine Cassar, céramiste installée à Saint-Rémy, dans les Vosges, qu’elle m’a aimablement autorisé à utiliser.

La deuxième, « eyegasmic peacock », a elle aussi été réalisée pour un concours sur Flickr. Elles sont à voir toutes les deux dans l’atelier .

 

 

Dijon au 2 rue du temple : un extraordinaire édifice à voir by night et en couleur dans cityscape, ou en noir et blanc, le matin, dans l’atelier

A voir aussi, dans street photography, une certaine vision de la liberté :

Que viva la libertad !

 

 

Les couleurs d’automne, avec deux images de Saint-Dié-des-Vosges… Le massif de l’Ormont, au-dessus de chez moi, travaillé à l’huile et à voir dans l’atelier, et un tétras et un lynx sur le mur de l’ancienne médiathèque, pour une scène automnale (dans cityscape et dans street art).

Couleurs automnales ausssi pour cette nouvelle version minimaliste de la tourbière du Lispach, à voir dans landscape

Harry Potter s’invite également, Halloween oblige : une cabane WC de jardin faisant office de chemin de traverse, photomontage en noir et blanc (dans l’atelier).

Et un retirage : la skyline de Manhattan vue de Dumbo au coucher du soleil, sur la page NYC

 

 

Paréidolies : cette propension à voir des visages ou des formes humaines partout…

Une série pour laquelle j’ai recherché chaque fois le traitement adapté, celui qui fera ressortir au mieux les formes suggérées : le géant dans la pierre, les racines-sorcière de silva obscura, les silhouettes bien humaines des faux de Verzy, ou ces taches sur le mur, qui composent un visage plus vrai que nature…

à voir ici :

wake up, stand up (les faux de Verzy)